Back to the Blog homepage
TOPICS
Click icon again to close
Type to search
The blog
EUR/USD – la roupie prise en etau
Allan Juste, Head of Forex and Derivatives

EUR/USD – la roupie prise en étau

Published on
July 28, 2022
Published in Category
Expert views
Previous article

La Banque centrale européenne a relevé son taux d’intérêt de 50 points de base, une première en 11 ans. Quel sera l’impact d’une telle décision sur l’euro et le dollar ?

 

En effet, la Banque Centrale Européenne (BCE) a mis fin à l’ère des taux d’intérêt négatifs en Europe jeudi dernier, en ramenant donc le taux d’intérêt des opérations principales de refinancement et les taux d’intérêt de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt à respectivement 0,5%, 0,75% et 0,00% à compter du 27 juillet 2022. Elle a également accepté d’apporter une nouvelle aide aux états membres de la zone euro, surtout les plus endettés, en approuvant un nouveau programme d’achat de titres (Instrument de protection de la transmission, TPI), destiné à aplanir les écarts entre pays emprunteurs sans risque, comme l’Allemagne, et d’autres plus fragiles, à l’image de l’Italie, et d’éviter la fragmentation financière dans la zone euro.

 

Certes, depuis le début de l’année, la monnaie européenne a perdu près de 10% de sa valeur face au billet vert, tombant même sous le seuil de la parité durant la mi-juillet, minée notamment par la guerre en Ukraine, pendant que le billet vert servait de valeur refuge. Dans un monde parfait, la hausse des taux de la BCE devrait favoriser un euro plus vigoureux face au dollar sur le court-terme. Mais la devise européenne risque néanmoins de rester relativement bas face au billet vert au cours des prochains mois, en raison des incertitudes qui planent sur l’Europe, dans un contexte macroéconomique et géopolitique complexe, entre les risques de pénurie de gaz en vue de la dépendance de l’UE au gaz russe et le regain d’incertitude politique en Italie, une des économies les plus vulnérables de la zone monétaire, suivant la dissolution de son Parlement la semaine dernière suite à la démission du Premier ministre Mario Draghi, provoquant des élections anticipées le 25 septembre prochain.

 

Du côté de l’Atlantique, la Banque Fédérale américaine (FED) a déjà frappé fort cette année-ci, car elle a augmenté ses taux d’intérêt depuis mars. Ceux-ci se trouvent actuellement dans une fourchette de 1,50% à 1,75%. Ce mercredi verra incontestablement la FED annoncer une quatrième forte hausse de ses taux d’intérêt et l’hypothèse d’une hausse de trois quarts de points (75 points de base), comme lors de la dernière réunion, mi-juin, semble faire l’unanimité, bien que l’un des gouverneurs de l’institution, Christopher Waller, a récemment ouvert la porte à une hausse d’un point (100 points de base). Donc, les conditions du marché restent donc défavorables pour la devise européenne et le scenario le plus probable est que l’euro teste à nouveau la parité face au dollar américain dans les prochaines semaines.

 

 

Comment devrait évoluer la roupie face à l’euro et le dollar suite à cette décision?

 

Bien que la pression sur l'euro face à la roupie s’est allégée depuis l’annonce surprenante de la politique monétaire de la BCE la semaine dernière, le rebond de l’euro au-delà de 46.30 cette semaine reste toujours insuffisant pour remettre en question la tendance baissière de fond qui prévaut depuis plusieurs mois déjà. A noter que la monnaie unique s’est complètement effacée contre la roupie durant cette année entrainant dans son sillage plus de 8% de déclin depuis mi-janvier 2022.

 

Face au dollar américain, la roupie mauricienne avait entamé un plongeon précipité pour tomber à son niveau le plus bas de son histoire à 45.80 à la vente le 8 juillet dernier, malmené par l’hégémonie du billet vert comme valeur refuge. Cependant, le cours du dollar américain a reculé face à la roupie après les deux dernières interventions de la Banque centrale de Maurice sur le marché des changes durant le mois de juillet, ainsi ramenant le billet vert à 44.90 à la vente. A travers ses dernières interventions sur le Forex, la banque de Maurice a semblé émettre le signal d’une roupie stable sur le court terme face au dollar américain. Néanmoins, les perspectives haussières de fond du dollar restent toujours très ancrées et le compte rendu de la réunion de la Reserve fédérale américaine et les commentaires que fera le président de la Fed, Jérôme Powell, ce mercredi, seraient très certainement attendus.  Toutefois, les observateurs du marché craignent qu’une politique monétaire agressive aux États-Unis pourrait faire basculer l’économie américaine dans une récession.

 

 

La Banque de Maurice doit-elle procéder à un resserrement de sa politique monétaire comme c’est le cas en l’Europe, des États-Unis et d’autres pays développés ?

 

Le Comité de Politique Monétaire(MPC) de la Banque de Maurice avait procédé à une hausse du taux directeur par 40 points de base durant ses deux dernières réunions. Ainsi, le Repo Rate est passé de 1,85% à 2,25% pour endiguer une inflation persistante. De même que la Banque de Maurice avait revue à la hausse ses prévisions du taux d’inflation d’environ 8,6% pour 2022 en juin.

 

Cependant, la Banque de Maurice reste exposée à une pression inflationniste importée très élevée ces derniers mois en raison de la hausse des prix du pétrole ainsi qu’à une monnaie plus faible qui rend les coûts des matières premières très relevés à Maurice. Et ayant moins de prise sur ces deux facteurs externes qui pèsent sur le déficit commercial du pays, la banque de Maurice pourrait probablement répondre de manière moins vigoureuse que les autres banques centrales notamment la Banque Centrale Européenne et celle des Etats-Unis au cours des prochains mois.

 

 

Focus
Other
Stories
Get the latest news, straight to your inbox