Retour à la page d'accueil du blog 
THEMES
Cliquez à nouveau sur l'icône pour fermer
Recherche
le blog
Luvna Arnassalon-Seerungen: «Le virage vers une économie durable est un enjeu majeur pour les entreprises»

Luvna Arnassalon-Seerungen: «Le virage vers une économie durable est un enjeu majeur pour les entreprises»

Publié le
06 août, 2019
Publié dans la catégorie
Opinions d'experts
Article précédent

AfrAsia Bank organisera un sommet en octobre afin de faire progresser le concept de développement durable sur le plan mondial. Luvna Arnassalon-Seerungen, Head of Corporate Sustainability and CSR de la banque, nous en dit plus sur l’engagement des entreprises locales.

 

Depuis quand la durabilité est-elle au programme des entreprises locales ? 
À Maurice, le concept de développement durable est au programme dès 2008 avec le projet Maurice Ile durable (MID) et gagne du terrain depuis quelques années déjà au sein des entreprises locales. De plus en plus, les parties prenantes attendent, de la part des entreprises et des marques, un engagement sur les sujets du développement durable, l’écologie, l’économie circulaire. Les Mauriciens ont une attente grandis- sante quant à l’engagement pour construire un monde plus positif, pour réduire l’impact sur la planète ou encore des initiatives visant à améliorer la société. Ils sont donc de plus en plus attentifs à l’engagement des entreprises locales.

 

Le thème «sustainability» prend une ampleur majeure au sein des grandes entreprises partout dans le monde. Quel en est l’impact sur les entreprises mauriciennes ? 


Après la crise financière et sous les contraintes environnementales, le virage vers une économie durable, verte et responsable est devenu un enjeu majeur, pour les entreprises, à l’échelle internationale et locale. Cette approche permet d’apporter des solutions innovantes aux problématiques sociales et environnementales auxquelles peut faire face notre société. De plus, elle permet de renforcer le système économique mauricien en fonction de valeurs d’innovation et de collaboration.

 

Pour certaines entreprises, ce sont des signes qu’il faudrait se réinventer, trouver un nouveau modèle économique et ainsi se tourner vers des modes de production plus respectueux de la planète, des écosystèmes, de la biodiversité, mais aussi de la santé. Pour les entreprises qui sont dans le domaine de la consommation quotidienne, il est question de survie à moyen terme. Le développement de technologies propres ou vertes, mais aussi l’innovation, devrait donc être au cœur de la stratégie des entreprises. Il est important de comprendre que le business as usual ne suffit plus.

 

Comment, selon vous, ce sommet apportera-t-il un changement ? 
Après le succès inaugural l’année dernière, nous revenons cette année-ci avec un thème qui a pour but d’accélérer ou, du moins, de faciliter la migration vers le développement durable en entreprise. En effet, cette édition 2019 de l’AfrAsia Bank Sustainability Summit réunira des capitaines d’industrie venus d’Afrique, d’Asie et d’Europe, des représentants des Nations unies et autres membres d’organisations clés ainsi que des chercheurs du monde entier. Nous accueillerons un groupe d’experts de haut niveau sur les questions ayant trait au développement durable et qui discuteront des sujets qui influencent directement ou indirectement l’environnement institutionnel.

 

L’AfrAsia Bank Sustainability Summit est donc une plateforme qui a pour but premier d’inciter les entreprises à prendre le virage du développement durable; accepter les défis et les enjeux à l’horizon 2030, mais aussi les inciter à passer du rôle de suiveurs à celui de leaders et prendre des initiatives durables.

 

Quels sont les changements que vous souhaitez voir au niveau des entreprises ? 


Les Objectifs de développement durable (ODD) constituent un ambitieux plan d’action et il est attendu des entreprises qu’elles contribuent à relever ces défis ; assurer la croissance économique, réduire la pauvreté, les inégalités, ou encore améliorer la gouvernance des institutions, entre autres.

 

L’année 2019 sera celle du changement ; ce que nous faisons maintenant et dans les prochaines années affectera profondément les quelques milliers d’années à venir. Il est donc primordial de faire un retour à la morale dans l’économie et nous devons impérativement faire face aux tensions populaires grandissantes.

 

Les enjeux sont de taille pour les entre- prises. En intégrant la vision du développement durable à la stratégie d’entreprise, on pourra voir la croissance de la compétitivité et la profitabilité de l’entreprise. On verra une amélioration de la performance globale, le renforcement de la résilience, mais aussi on se distinguera sur les marchés en répondant mieux aux besoins des clients.

 

Ce sommet traduit l’engagement d’AfrAsia Bank à faire progresser sur le plan mondial le concept de développement durable et les ODD, tels que l’ont établi les Nations unies. Comment une banque comme AfrAsia peut-elle participer à modeler un avenir durable ? 


En tant que banque locale à forte présence régionale et internationale, nous croyons fermement qu’AfrAsia Bank Ltd a la responsabilité de promouvoir le développement durable tout en poursuivant sa croissance. Nous voulons être à l’avant-garde de la réalisation des objectifs de développement durable en nous associant à l’effort mondial visant à intégrer les préoccupations sociales, environnementales, éthiques et humaines dans nos activités et notre stratégie commerciale.

 

À travers nos différentes initiatives et pratiques, nous souhaitons inciter et guider les entreprises locales à adopter le concept du développement durable. Chez AfrAsia, nous avons identifié quatre piliers de la durabilité, notamment la responsabilité envers le marché à travers le capital financier, le capital intellectuel et le capital manufacturier ; la responsabilité sur le lieu de travail à travers le capital humain ; la responsabilité sociale à travers le capital social et relationnel ; la responsabilité environnementale à travers le capital naturel.

 

Nous avons aussi eu comme démarche depuis 2015 l’adhésion de la banque en tant que membre du Pacte mondial des Nations unies. Ce réseau a permis l’interaction et a suscité l’intérêt de nombreuses entreprises locales pour s’associer, d’où les différentes questions de durabilité.

 

En général, quels sont les principaux défis à relever pour promouvoir le développement durable au sein des entreprises ? 


La grande question est de savoir si, oui ou non, la durabilité est un vrai avantage stratégique. Chez AfrAsia, la réponse est claire et positive. Un des défis majeurs reste l’intégration du concept de développement durable à la culture existante de l’entreprise. Lorsque l’on adopte une nouvelle culture, il faut que ce soit un processus constant dans lequel tous les acteurs impliqués doivent être ouverts au changement, afin que les répercussions soient positives et durables.

 

Il doit y avoir un véritable effort de promotion de la durabilité dans l’entreprise de la part de la direction, et cela devra se traduire par des actions concrètes. Chez certains employés, le concept peut être flou et sa valeur difficile à prouver. Certains perçoivent le concept comme un outil de communication, de ‘reporting’ ou encore une obligation sociétale.

 

Les entreprises se doivent d’adhérer au concept d’économie qui contribuera à l’intégration de tous les aspects commerciaux des trois P notamment les Personnes, la Planète et la Profitabilité. Il est donc complexe, dans ces conditions, de mettre en place une stratégie cohérente qui pourrait transcender les «silos» de l’entreprise. Il est important d’être transparent quant aux objectifs et à la stratégie globale de l’entreprise et aider dans la compréhension du concept et expliquer comment on peut l’intégrer.

 

La dimension environnementale au sein des entreprises

C’est en octobre prochain qu’AfrAsia Bank organisera son sommet de deux jours sur la problématique du développement durable. Placée sous le thème «Driving the sustainable development goal to the next level», cette conférence, organisée conjointement avec IBL Ltd, vise à répondre aux enjeux environnementaux liés aux entreprises.

Des représentants de différentes organisations ainsi que des chercheurs et des experts des secteurs privé et public participeront à cet événement qui viendra promouvoir les dirigeants d’entreprises, des «venture capital firms», des établissements académiques, des organisations non-gouvernementales et des start-up d’Afrique et d’Asie.

 

Zoom sur:
Les autres
actus
Recevez les dernières actualités, directement dans votre boîte de réception